Monter un « séjour de rupture »

Les « séjours de rupture », un outil au service des besoins fondamentaux des personnes vulnérables.

Les besoins fondamentaux

Choix de la sémantique

Nous avons fait le choix ici de parler de « séjours de rupture » parce qu’il s’agit de la sémantique la plus communément utilisée. Au mot « rupture » peut être parfois préféré les mots « (re)mobilisation », « (re)dynamisation » ou « oxygénation ». Quel que soit le choix de la sémantique et les motivations de la part des utilisateurs, les finalités de ces séjours poursuivent le plus souvent les mêmes objectifs.

Proposition de définition

Parenthèse spatiale et temporelle proposant une expérience différente de la prise en charge classique ou institutionnelle du bénéficiaire. Elle vise à (re)mobiliser le(s) participant(s) autour d’activités qui deviennent le support du projet d’éducation, de remobilisation ou d’insertion.

Finalité d’un « séjour de rupture » est double

La finalité doit être discutée et partagée par l’ensemble des acteurs concernés par le séjour. Autrement dit des temps d’échanges entre l’équipe encadrante et les bénéficiaires du séjour nécessitent d’être la mis en place où sont pensés l’amont, le « pendant » et l’après du « séjour de rupture ». Ces temps d’échanges doivent garantir la continuité et la cohérence du parcours de chacun des bénéficiaires.

Sans ces espaces, le risque est grand de produire un effet inverse à l’effet souhaité, c’est-à-dire une rupture destructrice pour des publics ayant déjà subi diverses ruptures personnelles et institutionnelles. La rupture que constitue un séjour ne saurait être pensée sans être inscrite dans la continuité du parcours éducatif ou de (ré)insertion sociale de la personne.

1. Objectifs / Intérêts des « séjours de rupture »

A chaque séjour ses objectifs. Ils sont à concevoir au regard du profil et des singularités des participants et en adéquation avec les objectifs de la structure d’accueil qui les prend en charge.

Leur développement personnel

  • faire émerger des envies
  • (re)prendre confiance en soi
  • renouer contact avec la satisfaction de réussir
  • s’autoriser le plaisir de pratiquer des APS
  • apprendre à connaître, à se réconcilier et à apprivoiser son corps
  • contribuer à la (re)construction d’une image positive de soi
  • développer ou révéler des compétences
  • vivre des situations pour identifier ses limites et les dépasser
  • faciliter le lâcher-prise
  • favoriser l’épanouissement dans un cadre convivial et sécurisé
  • devenir acteur de sa propre prise en charge

Leur relation à l’environnement

  • permettre une rupture avec le quotidien
  • modifier des repères et des comportements par l’éloignement et s’adapter à une autre réalité
  • s’ouvrir à la découverte de lieux pour s’enrichir et cultiver son sens critique

Leur place dans un groupe

  • rompre avec l’entre-soi*, s’ouvrir à l’autre et prendre une place dans le groupe
  • créer des conditions favorables à une relation de confiance entre acteurs sociaux et bénéficiaires
  • partager des moments de la vie quotidienne pour aborder des problématiques nouvelles (alimentation, hygiène…)
  • participer à la création d’une dynamique de groupe
  • favoriser l’échange et la prise d’initiative

L’ « entre-soi » correspond ici au regroupement de personnes appartenant à la même identification catégorielle. Par exemple : un séjour de rupture n’accueillant que des jeunes sous main de justice. Ils vont pratiquer entre eux, ils pratiquent dans l’entre soi.

Les « séjours de rupture » apportent :

  • une solution alternative et complémentaire à la prise en charge classique
  • une connaissance différente des personnes
  • une instauration/restauration du lien social et éducatif
  • un travail pluridisciplinaire et partenarial
  • le développement de nouvelles compétences apportées par le travail collaboratif interdisciplinaire

A l’occasion des « séjours de rupture », les personnes en charge de l’accompagnement des bénéficiaires peuvent particulièrement avoir comme objectifs/intérêts de travailler sur :

  • la relation de confiance
  • la prise en charge individuelle au travers de regards professionnels/ bénévoles croisés
  • certaines problématiques singulières du bénéficiaire
  • pour les jeunes mineurs, la collaboration avec la famille
  • les notions de santé, d’hygiène, d’alimentation, de respect des règles de vie en groupe et de valeurs citoyennes

L’organisation et la réalisation du « séjour de rupture » peuvent rejaillir sur le fonctionnement de la structure. Il favorise notamment :

  • un travail pluridisciplinaire
  • le développement de partenariats
  • la mise en place de projets d’insertion connexes
  • l’évolution du projet d’établissement et/ou des pratiques professionnelles
  • une redynamisation interne des équipes d’encadrement au contact d’autres intervenants extérieurs.

L’accueil d’un « séjour de rupture » impacte l’ensemble du site hôte : le fonctionnement, le personnel et les usagers. Il est nécessaire d’impliquer la direction et les équipes du site d’accueil du séjour dès que possible dans le montage du projet et de les informer des caractéristiques du public.

Les « séjours de rupture » peuvent apporter au site hôte :

  • une connaissance et une ouverture vers de nouveaux publics (changement de regard…)
  • des compétences nouvelles vers des publics particuliers
  • de la mixité à travers la rencontre des publics sur place
  • le développement de nouveaux partenariats avec l’implication d’acteurs locaux et de prestataires d’activités
  • la possibilité de développer de nouvelles offres de pratiques (sportives, culturelles, bien-être etc. )

2. Des choix pédagogiques à faire

Certains choix relatifs à la structuration du « séjour de rupture » doivent permettre de préciser ses intentions/objectifs. Ces choix doivent donc être fait et partagés en équipe :

  • le choix de l’entre soi ou de la mixité des publics
  • le lieu du séjour (pleine nature, ville, pays étranger, etc.)
  • un encadrement interne* / externe* / mixte* du séjour de rupture
  • les supports d’activités: les APS peuvent ne pas être la seule porte d’entrée (activités culturelles, de bien-être…)
  • les degrés d’implications des bénéficiaires :
    • dans le montage, la conduite et l’évaluation du séjour
    • dans les activités et les temps de vie quotidienne

*Encadrement interne = équipe pédagogique à 100% composée du personnel de la structure d’accueil des bénéficiaires.
*Encadrement externe = équipe pédagogique à 100% composée de personnes extérieures à la structure d’accueil des bénéficiaires.
*Encadrement mixte  = équipe pédagogique composée de personnes de la structure d’accueil et de personnes en charge de l’organisation du séjour (par exemple une association).

A retenir

Finalités d’un séjour

  • sur le plan individuel, il vise une transformation positive au profit de sa situation sociale,
  • sur le plan collectif, il permet l’évolution de processus de socialisation.