Vers une offre locale d’APS, facteur d’inclusion sociale

Les acteurs principaux de l’action locale :

  • la structure porteuse de l’animation sportive (association, collectivité territoriale, centre social…), le plus souvent employeur de l’intervenant sportif ;
  • la structure d’accueil (le directeur, les travailleurs sociaux, les conseillers de vie sociale…) ;
  • les partenaires techniques (collectivités territoriales, le mouvement sportif…).

L’enjeu relève d’une articulation entre l’offre et la demande (schéma classique de développement des APS) et la prise en compte précise de cette demande. L’offre doit corriger durablement les inégalités d’accès à la pratique des APS pour ces publics. Le mouvement associatif organisé doit se diriger vers une offre spécifique pour voir le public (re)venir dans les clubs à moyen ou long terme.

Préconisations générales à l'échelon local

Il est préconisé sur le plan local de mettre en place :

  • une offre régulière d’APS adaptée à la structure d’accueil et aux bénéficiaires :
    • 1h30 hebdomadaire minimum par structure ;
    • une pratique multi-activités ;
    • incluse dans le projet global de la structure ;
    • communiquée à tous les acteurs de la structure.
  • un accompagnement individualisé du bénéficiaire dès sa demande vers le milieu ordinaire ;
  • un réseau associatif « ordinaire » informé et préparé à l’accueil du public ;
  • un éducateur sportif polyvalent impliqué dans la démarche globale du projet (de l’animation des séances à l’accompagnement vers le milieu ordinaire) ;
  • un « référent du projet sport » dans chaque structure, binôme de l’éducateur, présent sur toutes les séances d’APS et susceptible d’accompagner le bénéficiaire vers le milieu ordinaire.