Définitions complémentaires


Précarité
« La précarité est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et aux familles d’assumer leurs responsabilités élémentaires et de jouir de leurs droits fondamentaux. L’insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives.
Elle conduit le plus souvent à la grande pauvreté quand elle affecte plusieurs domaines de l’existence qu’elle tend à se prolonger dans le temps et devient persistante, qu’elle compromet gravement les chances de reconquérir ses droits et de ré-assumer ses responsabilités par soi-même dans un avenir prévisible ».

Insertion sociale
L’insertion sociale est « l’action visant à faire évoluer un individu isolé ou marginal vers une situation caractérisée par des échanges satisfaisants avec son environnement. C’est aussi le résultat de cette action, qui s’évalue par la nature et la densité des échanges entre un individu et son environnement ».

Insérer consiste ainsi à « restaurer l’image de soi de la personne en difficulté pour l’investir dans le réel social ».

L’insertion peut être appréhendée comme « une prise de position, une appropriation de statuts et de rôles facilitant l’inclusion dans les systèmes sociaux, concrets et symboliques. L’insertion constitue une dynamique qui doit mobiliser différents facteurs et prendre en compte l’intrication complexe de paramètres sociaux et psychologiques ».

L’insertion sociale nécessite l’appropriation des valeurs, des règles et des normes du système au sein duquel a lieu l’insertion. Elle revêt plusieurs dimensions : familiale, scolaire, professionnelle, économique, culturelle, habitat…

L’expression est parfois utilisée pour l’intégration de personnes dans un groupe ou un milieu social différent de celui dont ils sont originaires.

Synonymes d’insertion : intégration, assimilation, socialisation.


Remédiation
La remédiation regroupe les processus permettant de mettre en place des dispositifs de réparation, une aide permettant de rétablir une situation antérieure ayant subi des altérations. De manière plus globale, la remédiation s’apparente au remède, là ou la prévention anticipe le remède.
(Larousse 2013- remédiation pédagogique.)

La santé
Selon la définition de l’OMS « la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». La notion de gradient de santé, mise en lumière dès le début des années quatre-vingt, permet de décrire et d’appréhender la corrélation existante entre l’état de santé d’une personne et son positionnement dans la structure sociale. Les inégalités de santé sont ainsi contingentées par un ensemble de facteurs, dont certains sont liés aux individus eux-mêmes tandis que d’autres découlent des conditions économiques, culturelles et environnementales globales.

La qualité de vie
La définition de l’OMS en 1994, « La qualité de vie est la perception qu’a un individu de sa place dans l’existence dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes. C’est un concept très large influencé de manière complexe par la santé physique du sujet, son état psychologique, son niveau d’indépendance, ses relations sociales, ainsi que sa relation aux éléments essentiels à son environnement ».

La décorporalisation
La décorporalisation : « Processus de modification physique et psychique correspondant au développement de troubles sensitifs affectant le schéma corporel et engendrant simultanément un clivage de l’image corporelle, dont le résultat final est la perte de l’investissement plein et entier de son propre corps par une personne, avec pour conséquences la perte du soin de son corps et de sa santé. Ce processus est provoqué par la nécessité de s’adapter à un contexte d’effractions corporelles répétées et régulières, ou imposant un vécu d’instrumentalisation extrême du corps de l’individu ».